Et si c’était possible de faire l’amour pendant la grossesse ?

Au début, j’avais peur. Puis-je je me suis aperçue que c’était possible. Jean ne comprenait pas que nous ne fassions plus l’amour.

J’avais peur de faire mal au bébé, de le blesser et cela m’empêchait d’avoir du plaisir. J’avais le sentiment que ce n’était pas bien. Je me disais qu’être mère, aussi, c’était renoncer au plaisir, s’occuper du bébé, allaiter et préparer les biberons, changer les couches. Mais mon plaisir de femme, c’est important aussi, du moment que cela est vécu dans le respect et le désir de l’autre. Il y a des moments où je sens le désir poindre et ces moments, je sais désormais les écouter…

Sans doute, on fait cela plus doucement, avec davantage de caresses. Les positions sont différentes, aussi. Sur le côté, notamment, m’est plus facile, maintenant que mon ventre s’est bien gonflé. Je n’ai pas besoin de le porter, et ne sens pas le poids sur moi.

C’est important que l’érotisme existe encore au cœur de la grossesse. Les mouvements se font plus doux, mais le plaisir est là.

Je me dis que mon bébé sent les mouvements, et perçoit le plaisir que je ressens. Il ne peut que se dire que cela est le fruit de l’amour, et cela l’accompagne.

Le plaisir laisse une trace de bonheur dans son corps. Il sera heureux je crois de ces impressions fugaces, de ce plaisir qui passe et saura lui-même le rechercher, pour être pleinement homme. Être enceinte, c’est aussi et toujours être femme, et pleinement vivante.

Claude

Pour lire plus :

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous les poser via le chat (anonyme et gratuit). Nous sommes-là pour vous.