Lorsque je me suis rendue compte que j’étais totalement accro aux sites de rencontres, j’ai enfin réagi !

Je m’appelle Laura, j’ai 30 ans et comme nous toutes j’ai eu des périodes de doute affectif.

J’ai connu mon premier amour au lycée, Thomas. Puis deux liaisons en fac sans être comblée au point de me faire croire au “grand amour”. Ensuite est venu mon premier job et avec lui la solitude.

Les collègues, les amis, les sorties, la gym, ça m’occupait, mais dans mon studio au 10ème, lorsque je me retrouvais toute seule . . . c’était pas la joie !

Alors j’ai commencé à ouvrir mon ordi et à chercher. Les sites de rencontre m’ont accueillie, bienveillants, ouverts jour et nuit. Et j’ai pu commencer ma recherche de l’homme idéal, celui qui devait être là pour moi depuis toute éternité. Les images défilaient, les profils s’empilaient. Les blonds – pas trop – les bruns – beaucoup plus – j’avais un faible pour les bruns ténébreux.

Une rencontre, puis une deuxième suivie d’une troisième plus coquine. Et toujours au fond de l’âme un sentiment de vide passé l’euphorie de la découverte de l’autre dans sa nudité.

Et le cycle reprenait, pas sans fin, mais presque.

Recherche : amour ou jeu de rôle ?

Heureusement j’ai une grande copine, Emma. Nous nous connaissons depuis la seconde. Elle est ma confidente, mon doudou, celle avec laquelle je peux pleurer quand je suis à bout.  Un jour, alors que je lui racontais mon nouvel échec à la terrasse de notre café favori, elle me regarde droit dans les yeux et me dit : ” Tu sais Laura, je crois que t’es totalement accro. Depuis deux ans tu ne parles que de tes sites. Je crois même que tu ne peux plus te passer d’eux.”

Évidemment je fais la moue et je me prépare à lui dire qu’elle se trompe. Mais elle continue : “Tu te souviens de nos vacances dans les Alpes, l’hiver dernier. Avec Mathieu on avait compté qu’en une journée tu allais au moins six fois regarder s’il n’y avait pas de nouveaux profils.”

Et elle finit par conclure : “Je crois que t’es complètement prisonnière de ces trucs !”

Les yeux qui s’ouvrent sur l’autre

Ça m’a pris une bonne semaine pour digérer la franchise d’Emma et reconnaître qu’elle avait raison. Je me suis désinscrite de tous les sites. Pendant six mois j’en ai bavé.

Et puis à la gym je l’ai rencontré. Il n’était ni blond, ni brun, mais roux ! Il avait des yeux verts très doux. Et quand il m’a souri en me laissant passer pour entrer dans la cafétéria j’ai eu envie de lui parler. Mais j’ai pas osé. C’est lui, quelques jours plus tard, qui m’a abordée. Et notre histoire a commencé.

Bastien et moi sommes maintenant en couple depuis trois ans. Il vient de me demander en mariage . . . et j’ai dit OUI.

Je voulais vous raconter mon histoire car j’ai eu la chance d’avoir une vraie copine qui m’a sortie de la spirale de mes échecs en m’aidant à ouvrir les yeux. Si ces lignes peuvent vous aider . . . alors j’en serais heureuse.

Laura