Je n’aime pas l’idée de m’arracher les poils des jambes, des aisselles, et encore moins du pubis. Ce n’est pas par revendication féministe/hippie/végan/… C’est juste que moi, je n’aime pas ça. Je me préfère au naturel, telle que la nature m’a faite. Et oui, les femmes ont des poils, elles n’en sont pas moins féminines, belles et désirables pour autant.

Rien qu’à voir les réactions de ceux à qui j’ai proposé cet article je me dis qu’il est nécessaire de l’écrire… “C’est une mode !” “Ha bon, ça existe ?” etc.
Au 21ème siècle, en France en tout cas, une femme peut s’habiller et se coiffer comme elle le veut. Mais en ce qui concerne sa pilosité on est sur une autre longueur d’onde. Combien de publicités pour des engins et produits d’épilation voyons nous au quotidien ? Quel livre sur la puberté mentionne aux adolescents le fait que les poils des jambes sont normaux chez les femmes ?

Choisir ses soins de beauté: pas toujours évident

Je respecte tout à fait le choix de celles qui préfèrent s’épiler. Par contre je peux témoigner que choisir de ne pas le faire n’est pas toujours bien vu, surtout chez les adolescents. Je suis même passée par une période où je décolorai mes poils de jambes pour être plus discrète et éviter les commentaires désagréables. Je ne revendiquais absolument rien, simplement je trouvais que mes jambes lisses me faisaient ressembler à un poulet 🙂
Même ma mère et mes sœurs ne comprenaient pas. Autour de moi je n’avais aucun exemple de femme “normale” agissant ainsi. Celles qui ne s’épilaient pas étaient des personnages de blagues sexistes ou racistes…

Aujourd’hui j’assume complétement et personne ne se permet de remarques depuis bien longtemps. Je suis fière que ma petite sœur ai eu au moins un exemple de femme qui n’ai pas les aisselles et les jambes imberbes. Elle fera son choix quand elle en aura l’âge, mais au moins elle saura que c’est un choix à prendre, non une obligation.
Je souhaite à chacune de pouvoir agir comme elle l’entend, selon son propre désir et non celui de son conjoint, de ses amis, de ses collègues…

Je reconnais devant toi le prodige, l’être étonnant que je suis : étonnantes sont tes œuvres toute mon âme le sait.
(la Bible, psaume 139)