Toutes les femmes enceintes se verront prescrire le test de dépistage de la trisomie 21. C’est presque un passage obligatoire. Je dis ‘presque’ parce qu’en fin de compte, on a le choix de refuser ce test ou d’accepter la première étape du test et de refuser les suivantes. 

Quand j’étais enceinte, rien n’était très clairement dit concernant ce test et quand j’écoutais la gynécologue, j’avais vraiment l’impression que c’était obligatoire. D’ailleurs, dès que l’on se présente à la 1ere échographie ou à l’hôpital avant l’accouchement, c’est un papier qui est demandé (mais pas obligatoire !), comme si ce test était compris dans la package de suivi de la grossesse. 

Tout d’abord il faut préciser que le test de dépistage de la trisomie 21 s’effectue obligatoirement au 3e mois de grossesse et pas après (je vous dirai pourquoi un peu plus tard). Il a pour but d’indiquer la probabilité d’avoir un bébé trisomique. Le mot ‘probabilité’ est très important car contrairement à d’autres tests, celui-ci est loin d’être fiable à 100%. C’est un peu comme à la loterie, ce n’est pas parce que vous avez 90% de chances de gagner que vous allez remporter le gros lot.

En quoi consiste ce test de dépistage de la Trisomie 21 ?

La première étape est très simple. Le médecin qui va suivre la grossesse (gynécologue, sage-femme) complète un formulaire avec les données de la patiente et lui demande de signer le formulaire. Il explique que le test se base sur trois éléments pour le calcul de la probabilité : l’âge, la mesure de la clarté nucale du bébé qui s’effectue au moment de la 1ere échographie et le dosage des marqueurs sériques effectué par une prise de sang.

A chacune de mes grossesses, j’ai été suivie par un médecin différent et à chaque fois, il m’a présenté ce test comme une sorte de formalité en précisant que de toute façon l’échographie est un examen obligatoire et qu’il va falloir faire une prise de sang notamment pour déterminer le groupe sanguin et le rhésus, la présence de RAI (Agglutinines Irrégulières), le dépistage de la rubéole et de la toxoplasmose. Au final, cela ne change pas grand-chose.

Le résultat du test est disponible sous une dizaine de jours. S’il est inférieur à 1/1000, aucun problème, tout s’arrête là. 

Si la probabilité est comprise entre 1/1000 et 1/51, vous avez droit à une deuxième prise de sang pour analyser les chromosomes dans l’ADN du bébé présent dans votre sang. Si le résultat est positif, vous passez à la prochaine étape.

Cette 3eme étape est également valable si le résultat au 1er test est supérieur ou égal à 1/50. Il s’agit d’un examen diagnostique (amniocentèse ou choriocentèse) qui consiste à prélever du liquide amniotique ou un morceau de placenta pour l’analyser. Cet examen peut provoquer une fausse couche.

Quel est l’objectif de ce test ?

L’objectif est très clair : interrompre la grossesse si le risque est élevé. Voilà pourquoi ce test est fait si rapidement. Comme je l’ai dit plus haut, il s’agit d’une probabilité dont l’un des critères est l’âge.

J’ai une amie qui a eu deux bébés à un âge avancé. On lui a dit que le risque était élevé d’avoir un enfant trisomique sans lui préciser que de toute façon, vu son âge, la probabilité ne pouvait en aucun cas être inférieure à 1/1000. Dans ce cas-là, faut-il prendre le risque de mettre en danger son bébé en acceptant l’examen diagnostique ? A chacune de choisir librement. 

Au final…

Toute grossesse comporte un risque, que ce soit pour la maman, ou le bébé. Peu importe le nombre de tests existants pour dépister des maladies, il y a toujours des cas de maladies rares voire très rares que la science ne peut pas détecter. Faut-il pour autant se focaliser sur cela ? La grossesse est un moment magique (malgré les nausées et les envies soudaines de tarte à la fraise !) et prendre son bébé dans les bras pour la première fois quelques mois après procure un immense bonheur.

Vous avez encore des questions sur ce test ? Vous ne savez pas si vous devez risquer ces examens ? Votre grossesse ne se passe pas comme prévu ? Nous sommes là pour vous écouter via le chat’.

bouton de chat

Pour lire plus :