Il y a quelques années, j’étais au lycée. Nous devions travailler en groupe sur un sujet à présenter à la fin de l’année devant un jury. Nous étions par trois et coup de bol pour moi, j’étais dans un groupe où il y a un couple !

Notre sujet de travail était assez intéressant “le marché de la viande Hallal en France”, mais ce qui était le plus intéressant, c’était les interactions entre Alex et Sophia, le couple de mon groupe.

Joies, peines, engueulades, petits mots doux échangés, j’ai cru que nous n’allions jamais finir ce projet tant leur relation prenait toute la place et les sujets de discordes étaient grands ! 

Un beau jour… ce qui devait arriver, arriva ! Le couple se sépara !

Les temps de travail en groupe sont devenus de plus en plus désagréables. Je voyais des allers-retours d’insultes, des échanges de vulgarité et leurs secrets échangés dans un cadre intime lancés à la figure de l’autre, au grand jour, devant moi. Sophia, triste et désespérée, vivait mal cette énième rupture. 

Un jour, Sophia me demanda si j’avais déjà été en couple et si j’avais déjà eu des rapports sexuels. La question posée au détour d’une conversation tout à fait banale me déstabilisa quelques instants. 

“Et toi, t’as déjà eu des relations sexuelles ?”

Après un petit moment de réflexion, je pris mon courage à deux mains et lui dit “non, je n’ai pas encore eu de rapports sexuels, j’attends de trouver la bonne personne et de me marier”. À ma grande surprise, j’ai vu des larmes rouler dans les yeux de ma camarade de classe. Elle me regarda profondément et je compris que ce que j’avais dit l’avait bouleversée. Moi qui pensais que ce partage m’exposerait à un jugement et à des moqueries, j’étais extrêmement surprise.

Après un moment de silence, continuant à me fixer, elle me dit “tu as bien raison. J’aurai aimé avoir le courage de faire la même chose”. Je ne m’attendais pas du tout à cette phrase. Moi qui m’étais sentie bête en lui disant que j’attendais le bon, je pensais qu’elle me dirait, comme toutes les autres que je manquais quelque chose. Ou encore, que je passais à côté de ma jeunesse, me privant d’un plaisir puissant !

” Tu as raison, j’aurais aimé avoir le courage de faire la même chose !” 

Je lui demandais alors pourquoi elle pensait que j’avais raison. Sophia me confia qu’après avoir eu plusieurs relations sexuelles, elle comprenait  qu’il était bon de se préserver. Alex et elle étaient allés très vite et dès leur premier rendez-vous, ils avaient couché ensemble. Elle voyait d’autres couples qui aussi attendaient, se parlaient.  Un jeune couple qui attend, a plus de temps pour apprendre à se connaître en vérité et en toute honnêteté.

Sophia et Alex ne se parlait en vérité que très rarement. Les conflits et engueulades étaient beaucoup plus courants. Sophia voyait aussi, qu’au-delà de la simple relation physique, elle avait développé de l’amour pour lui et attendait de sa part plus de tendresse, d’affection et d’attention. Au contraire, lui ne voulait que coucher avec elle. Le corps a une mémoire et elle se rappellera toujours d’Alex, pas toujours avec le sourire aux lèvres.

Cette histoire m’a bouleversée, et si au début j’avais des doutes sur ma motivation d’attendre d’être mariée pour avoir des relations sexuelles, mais aussi sur les raisons pour lesquelles je voulais attendre, j’ai finalement compris que l’acte sexuel a une dimension beaucoup plus grande que ce que l’on peut percevoir au premier regard.

Les relations sexuelles ne se résument pas à quelques minutes de plaisir intense mais entrent dans une dimension beaucoup plus grande et profonde  : celle de se donner tout entier à un être qui en échange se donne tout entier, dans une relation d’amour, de respect et de confiance mutuelle.

Maintenant, j’attends le jour de mon mariage où je pourrais donner un “oui” entier et vrai, à mon mari, devant Dieu. Un « oui », parole et acte d’amour, celui d’un don total et définitif. 

Et vous, vous êtes-vous déjà retrouvée dans cette situation ?

bouton de chat

Pour lire plus :